Aller au contenu principal
  • Deutsch
  • English
  • français
  • Español
  • Italiano
  • Nederlands
  • Allemagne

    Allemagne

    (EUR €)

  • Australie

    Australie

    (AUD $)

  • Autriche

    Autriche

    (EUR €)

  • Belgique

    Belgique

    (EUR €)

  • Bulgarie

    Bulgarie

    (BGN лв.)

  • Canada

    Canada

    (CAD $)

  • Chypre

    Chypre

    (EUR €)

  • Corée du Sud

    Corée du Sud

    (KRW ₩)

  • Croatie

    Croatie

    (EUR €)

  • Danemark

    Danemark

    (DKK kr.)

  • Émirats arabes unis

    Émirats arabes unis

    (AED د.إ)

  • Espagne

    Espagne

    (EUR €)

  • Estonie

    Estonie

    (EUR €)

  • États-Unis

    États-Unis

    (USD $)

  • Finlande

    Finlande

    (EUR €)

  • France

    France

    (EUR €)

  • Grèce

    Grèce

    (EUR €)

  • Hongrie

    Hongrie

    (HUF Ft)

  • Irlande

    Irlande

    (EUR €)

  • Israël

    Israël

    (ILS ₪)

  • Italie

    Italie

    (EUR €)

  • Japon

    Japon

    (JPY ¥)

  • Lettonie

    Lettonie

    (EUR €)

  • Lituanie

    Lituanie

    (EUR €)

  • Luxembourg

    Luxembourg

    (EUR €)

  • Malaisie

    Malaisie

    (MYR RM)

  • Malte

    Malte

    (EUR €)

  • Norvège

    Norvège

    (EUR €)

  • Nouvelle-Zélande

    Nouvelle-Zélande

    (NZD $)

  • Pays-Bas

    Pays-Bas

    (EUR €)

  • Pologne

    Pologne

    (PLN zł)

  • Portugal

    Portugal

    (EUR €)

  • R.A.S. chinoise de Hong Kong

    R.A.S. chinoise de Hong Kong

    (HKD $)

  • Roumanie

    Roumanie

    (RON Lei)

  • Royaume-Uni

    Royaume-Uni

    (GBP £)

  • Singapour

    Singapour

    (SGD $)

  • Slovaquie

    Slovaquie

    (EUR €)

  • Slovénie

    Slovénie

    (EUR €)

  • Suède

    Suède

    (SEK kr)

  • Suisse

    Suisse

    (CHF CHF)

  • Tchéquie

    Tchéquie

    (CZK Kč)

Microplastiques dans les cosmétiques : petites particules, gros problème

Mikroplastik in Kosmetik: Kleine Partikel, großes Problem

Boireiez-vous volontairement votre gel douche ou mangeriez-vous votre gommage ? Probablement pas, n'est-ce pas ? Mais vous le faites involontairement, et plus souvent que vous ne le pensez et ne le souhaiteriez. Malheureusement, de nombreux produits cosmétiques contiennent encore des microplastiques qui finissent dans notre environnement via les eaux usées. Les filtres des stations d'épuration font beaucoup, mais ces minuscules particules passent souvent simplement à travers et finissent dans les boues d'épuration des champs ou comme « nourriture » dans les poissons et les fruits de mer. Logiquement, les pauvres animaux sont incapables de distinguer les petites particules de plastique du plancton ou d’autres aliments et se contentent de les manger. Les microplastiques finissent donc à nouveau dans nos assiettes.

Le microplastique est un produit purement industriel et est créé d'une part par la décomposition de grandes pièces en plastique non biodégradables et d'autre part par son utilisation ciblée dans des produits cosmétiques tels que les peelings, les gels douche ou les rouges à lèvres. L'Association allemande pour l'environnement et la conservation de la nature (BUND) a découvert que jusqu'à 2,8 millions de particules microplastiques peuvent pénétrer dans l'environnement par un seul tube de peeling. Comparés au reste de la pollution environnementale causée par le plastique, les microplastiques ne constituent qu’un problème mineur, mais également évitable. Ces dernières années, les fabricants de cosmétiques ont promis à plusieurs reprises de s'attaquer au problème, mais selon le BUND, par exemple, un peeling sur trois et un gel douche sur quatre contiennent encore des microplastiques. La seule chose qui aide, c'est que nous, en tant que consommateurs, accordons une attention particulière à l'utilisation de produits sans microplastiques.

Un problème réside encore une fois dans la définition de la matière, car de nombreux fabricants de cosmétiques, par exemple, déclarent uniquement le polyéthylène comme microplastique. Mais selon le BUND, cette substance ne représente qu’une partie du problème du plastique. Outre le polyéthylène (PE), d'autres substances préoccupantes comprennent le polypropylène (PP), le nylon-12, le nylon-6, le copolymère d'acrylates (AC), le polymère croisé d'acrylates/acrylate d'alkyle en C10-30 (ACS), le polyméthacrylate de méthyle (PMMA) et Polyquaternium-7 (P-7). Certes, rechercher ces noms dans les ingrédients de chaque produit cosmétique la prochaine fois que vous ferez vos courses peut être une tâche qui prend des heures. Mais ce n’est pas obligatoire, car il existe des assistants intelligents qui peuvent le faire à votre place. Par exemple, l’application gratuite « Codecheck ». Il vous suffit de scanner le code-barres du produit et l'application vous indiquera immédiatement s'il contient des microplastiques et/ou d'autres substances douteuses. Cela vous permet de trouver rapidement des produits sans microplastiques et ainsi de contribuer à la prévention des déchets plastiques.

Une autre méthode consiste à utiliser des produits cosmétiques naturels, qui par définition ne doivent contenir aucune substance produite industriellement. Surtout lorsqu'il s'agit de peelings pour le visage et le corps, vous pouvez facilement les réaliser vous-même en utilisant du sel ou du sucre et un peu d'huile.